Cheveux crépus au Real Sranan

Karité soyeux Melanta pour cheveux secs


Hier, il était temps. On m'a permis de faire une présentation et une démonstration au Real Sranan sur les cheveux crépus. Dans le cadre de Keti Koti, le club de football avait mis en place un programme plein de divertissements inspirants.

L'invitation était super spéciale pour moi car mon père, Desi Liong-A-Kong, était l'un des fondateurs de ce club et parce que mon frère Jeffrey fait partie du comité marketing depuis plus d'un an. Il y a trois ans, j'ai pu apporter une toute petite contribution en étant autorisé à réaliser le livret "60 ans de Real Sranan", mais hier je suis entré dans le club pour la première fois de ma vie et je me suis immédiatement senti chez moi.

Non seulement parce que mon père est également sur la photo en noir et blanc de l'équipe des fondateurs, mais juste l'ambiance, les gens chaleureux et surtout les rires. Je vous le dis, quand le Suriname rit, le monde ne peut pas finir. J'ai toujours l'impression qu'un profond sourire surinamais peut sauver quelqu'un de la ruine.

Je n'aurais pas pu imaginer un accueil plus chaleureux. Une fois que les gens ont entendu mon nom et ont su que j'étais la fille de Desi (Liong), un sourire était toujours accompagné d'histoires. Beaucoup d'histoires que mon père nous avait racontées, ses trois enfants, ont plus souvent pris vie.

Maintenant, je peux à peine l'imaginer, mais mon père est parti pour les Pays-Bas en bateau après avoir sauvé 300 florins néerlandais. Un voyage qui, je crois, a duré au moins un mois. Là, il a travaillé et étudié dur et, chose assez remarquable, son amour du football n'a pas manqué.

Le fait qu'il ait pu sortir du Surinam chaud sur les champs glacés littéralement aussi bien, à cette époque, me dépasse. Alors tu n'avais pas de chauffage, oui parfois peut-être un radiateur et quand j'écoute ces histoires sur les hivers rigoureux, je me rends compte encore et encore combien il a enduré sans le réaliser pour le rendre tellement plus facile pour moi, sa fille, .

J'étais également en bonne compagnie avec le programme. On m'a permis de partager la scène avec, entre autres, Aspha Bijnaar, que j'admire non seulement pour ses belles coiffures crépues, mais aussi en tant qu'écrivain pour "Kasmoni" et "Child on the chain". De plus, j'ai été présentée à la super talentueuse Zarayda Groenhart, Mme Isselt Dankoor qui porte l'histoire du foulard surinamais avec elle et au talent polyvalent et polyvalent Yvonne Ristie qui s'est parlée agréablement.

Le programme s'est légèrement terminé, mais j'ai eu juste assez de temps pour expliquer le lien entre l'esclavage et Kroeshaar tandis que les modèles présentaient des coiffures différentes.

Melanta, le Torsion facile, Anna et son moder de Twist Out et Gail Olf, la Kumba out. Tous les trois avaient Crème capillaire Twist Out et Curl Keeper auparavant et j'étais au moins aussi curieux du résultat que le reste du public.

Tous trois ont été surpris de la qualité des produits. Gail avait pensé que ses cheveux seraient très secs, mais rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité. Anna, sa mère, a déclaré qu'elle avait essayé Twist Out plus souvent mais que le résultat n'avait jamais été aussi bon et Melanta pensait également que les produits rendaient ses cheveux incroyablement doux.

Donc pour moi ce fut une soirée super réussie. À côté de Jorgen Raymann, mon parrain, les mannequins et mon frère qui prend très bien soin de moi depuis mon arrivée, mes remerciements vont également au directeur Edwin Lieveld, de qui j'ai reçu un chaleureux bouquet de fleurs, un beau bouquet de fleurs, mon ami séculaire Moreen Dors, un rocher d'une femme qui est toujours là pour moi, Guillaume Ellis le trésorier qui était si bon pour faire des enregistrements pour moi et enfin et surtout le charmant Jerry Mcintosch qui m'a finalement inclus dans le programme.

{galerie} 01-2013 / réel {/ galerie}


Commentaire

Les commentaires doivent être approuvés